A3

 

Auteur Fausto Brizzi

Edition Fleuve Noir

Genre Contemporain

Pages 390

Prix 19,90 euros

Année de parution 2015

 

Résumé Chaque matin, Lucio déguste un beignet d’Oscar, son beau-père, assis à une table devant la boutique, partageant quelques miettes avec un moineau extraverti. Un instant privilégié, une madeleine de Proust qu’il garde secrète. Il ne faudrait pas que Paola, sa femme,apprenne ses écarts gourmands. quoique maintenant, ça n’ait plus grande importance. Elle a découvert son aventure avec Mme Moroni. Une incartade qui lui vaut d’être mis à la porte.
Et comme les ennuis, c’est bien connu, débarquent toujours par paire, il fait la rencontre de l’ami Fritz. Lucio aurait sûrement préféré ne jamais croiser sa route. Pourtant, avec lui, il va passer les cent jours les plus heureux de sa vie. de ceux que l’on veut laisser derrière soi comme des souvenirs que nos proches chériront toujours.
Cent jours qu’il se doit de rendre inoubliables.

 

Mon avis J’avais vu ce roman pour la première fois sur le site de Lecture Academy.

La couverture m’avais énormément marquait avec ces beignets. Elle me fait un peu penser aux couvertures gourmandes des Filles aux Chocolat de Cathy Cassidy.

J’avais trop envie de l’avoir entre mes mains et quand c’était le cas, la couverture m’a surprise par les beignets, l’oiseau et le titre qui sont en reliefs.

J’ai apprécié découvrir les aventures, les moments mouvementés de Lucio.  Ainsi que ses descriptions complètes de son entourage.

J’aime bien comme Lucio s’adresse à ses lecteurs. On a vraiment l’impression de compter pour lui. Il nous laisse même des pages vierges pour réfléchir à certaines questions.

Le personnages de Lucio, me semble très avenant, rigolo, attirant, agréable, attachant, sans gène de parler ouvertement de lui.

J’ai versé des larmes quand Lucio à décrit sa fille. Au chapitre 23, c’était difficile de ne peux pas pleurer. Plus je me rapproché de la fin du roman, plus mon vissage se remplissait de larmes et de tristesse. Je me suis attaché à ce personnage et je ne voulais pas qu’il quitte se monde.  C ‘était la première fois qu’un roman me mettait dans un tel état. 

Bonne lecture émouvante et additif.