P1010133

 

Auteur Mari Okazaki

Édition Delcourt - Collection Jôhin

Genre Manga, Josei

Pages 192

Prix /

Année de parution 2010

 

Résumé Malgré son refus de s’installer avec le photographe Tôru Sahara, Minami Fujii continue de filer le parfait amour avec celui-ci. La distance leur pèse, mais leur vie trépidante et riche en expériences n’est pas pour leur déplaire. De son côté, Mizuhara, une de ses collègue dessinatrice et amie, découvre que son compagnon la trompe. Ne supportant pas cette infidélité, elle commet l'irréparable.

 

"Le vent qu'on caresse du bout des doigts est si doux..." (Ch. 48 - P.74)

 

Mon avis Cette couverture de rose et de bleu, est vraiment très belle et originale. Je ne cesse de la contempler.

Dans le passé, j'avais découvert cette série avec sept volumes. J'avais adoré, je ne m'en passé plus. Je les lissais comme je regardais une série télévisée. Puis j'ai du stopper car j'en avais fais une overdose et j'avais craqué sur d'autre lectures.

Il n'y a pas longtemps, j'ai lu le tome huit. Il m'a permis de me replonger tranquillement dans cette saga. Je l'ai bien aimé, mais je n'avais aucun avis à partager.

J'étais de retrouver tout l'univers de Complément Affectif. Fujii et Watanabe, sont sont restées mes deux personnages préférés. Les pleures de Mizuhara, m'ont beaucoup marqué. Je n'aimais pas la voire ainsi. J'aurai voulu être là pour elle, pour qu'elle est une main tendu dans ce terrible moment.

Le poème de Sakutarô Hagiwara, est très beau. Il m'a retenu, avec de simples mots, elle à su former un texte profond et unique. J'étais revenue dessus plusieurs fois.

Les planches, les dessins (surtout ceux qui concernaient les fleurs, m'ont fait rêver, c'était magnifique à voire). Les dialogues sont toujours aussi passionnants.

Je ne suis pas pressée que Complément Affectif se termine, j'apprécie beaucoup la vie mouvementé de tout ces personnages. J'aurais bien voulu que cela continue, mais j'ai les deux derniers tomes entre mes mains.